Introduction

Le Cloud nous permet de faire beaucoup de choses. Pouvoir utiliser les compétences techniques des plus gros du secteur comme Google, Microsoft ou encore Amazon est très intéressant. Ils nous permettent d’utiliser toute leur puissance dans des services managés par eux-même sans que le client ait a gérer une infrastructure entière. Mais pour la plupart des entreprises, ils ne peuvent pas faire fonctionner 100% de leurs applications de leur système d’information dans le Cloud. Pour ça, quoi de mieux qu’une bonne vieille machine virtuelle managé par un Cloud-Provider ? C’est ce que permet de faire Compute Engine, la solution de Google qui nous permettra de créer une machine virtuelle.

Nous avons deux façons de créer une instance compute (nom donné par Google à ce service).

Pour bien comprendre la lecture de cet article, je vous invite à lire celui-ci sur « Utiliser la ligne de commande sur Google Cloud Platform via le SDK »

Créer une machine virtuelle via la console

L’Interface web de la console de GCP est très simple à utiliser. La création de machines virtuelles se fait sur la page Compute Engine disponible dans le menu sur la gauche de la page. (La création d’instance requiert un compte de facturation associé au projet.)

Capture d'écran du tableau de bord de la solution GCP.
Tableau de bord

Cliquez sur Compute Engine puis dans le sous-menu « Instances » vous allez arriver sur cette page :

Capture d'écran de la page des instances dans Compute Engine.
Création de la première instance Compute

Une page s’affiche, elle vous demande de renseigner les informations concernant la machine virtuelle tel que :
– Le nom
– Une description
– Le type (très important)
– L’image utilisé pour créer l’instance
– Autoriser les connexions HTTP
– Paramètres réseau
– …

Capture d'écran de la création d'une instance via l'interface web.
Informations sur la machine virtuelle

Pour l’exemple nous allons créer une machine virtuelle f1-micro sous le nom de test-portfolio-alexy qui sera sous une image Debian.

Pour information, l’utilisation d’une machine virtuelle f1-micro est gratuit, pour plus de renseignements je vous invite à voir l’offre « Always Free » de Google.

Le type de machine va permettre de créer une machine très puissante ou pas… Selon l’emplacement du serveur (régions et zones), nous pouvons atteindre un nombre de cores sur une instance jusqu’à 192 ! Ce qui est… Énorme (et très cher).

La création d’une instance est rapide pour la plupart des cas, tout dépend de l’image que vous souhaitez installer.

Lorsque la machine virtuelle est disponible, il est possible de se connecter en SSH directement depuis la console GCP ce qui est très efficace.

Capture d'écran de la liste des instances. Le bouton SSH y est entouré.
Connexion en SSH

Si vous cliquez sur le nom de l’instance, vous pouvez accéder à des informations essentielles sur la machine virtuelle ainsi que la possibilité de modifier certains paramètres. Vous avez aussi accès à la partie monitoring qui vous permet de suivre d’une manière simple et détaillé la consommation de votre machine virtuelle.

Vous pouvez utiliser votre machine virtuelle et commencer à travailler !

Créer une instance via le SDK

Lorsque vous paramétrer une machine virtuelle sur l’interface web, à la fin de la page, vous pouvez récupérer la ligne de commande ou la requête HTTP à faire pour créer cette instance.

Capture d'écran des liens permettant de récupérer la commande généré ou la requête REST.
REST ou command-line ?

Vous pouvez lancer la commande récupérée dans Cloud Shell ou dans le SDK. Cela est très utile pour lancer la création d’instance en masse ou la création d’instances sous certaines conditions directement depuis une application de votre entreprise.

gcloud beta compute --project=PROJECT_ID instances create INSTANCE_NAME --zone=us-central1-a --machine-type=f1-micro --subnet=default --network-tier=PREMIUM --maintenance-policy=MIGRATE --service-account=SERVICE_ACCOUNT_WITH_COMPUTE_RIGHTS --scopes=https://www.googleapis.com/auth/devstorage.read_only,https://www.googleapis.com/auth/logging.write,https://www.googleapis.com/auth/monitoring.write,https://www.googleapis.com/auth/servicecontrol,https://www.googleapis.com/auth/service.management.readonly,https://www.googleapis.com/auth/trace.append --image=debian-9-stretch-v20190916 --image-project=debian-cloud --boot-disk-size=10GB --boot-disk-type=pd-standard --boot-disk-device-name=INSTANCE_NAME --reservation-affinity=any

Conclusion

La création d’une machine virtuelle sur Google Cloud Platform n’est pas compliqué en soit. Le plus compliqué est de mettre en place ce qu’il y autour, les pare-feux, un load-balancer etc…


Alexy DA CRUZ

Administrateur systèmes depuis maintenant plus d'un an. Passionné par le développement, j'écris des articles sur mon portfolio.

0 commentaire

Laisser un commentaire